· 

Ce fameux test de QI

Une fois nos billets composés nous pouvons prendre place dans le train qui nous amènera dans les terres de l’évaluation psychométrique. Les bilans neuropsychologiques sont indissociables d’une demande de dépistage ou de diagnostic. Ils ne se suffisent pas à eux seuls mais font partis du chemin qui amènera plus de clarté.  

 

Premier arrêt : à qui s’adressent ces évaluations? 

 

Et bien à toutes les personnes qui à un moment de leur vie sont face à un questionnement sur leurs capacités intellectuelles, leur façon d’appréhender le monde et les relations sociales. Pour les enfants dont les parents et/ou l’établissement scolaire remarque un fonctionnement différent par rapport aux autres élèves. Les adultes partagent avec les enfants précoces de nombreuses caractéristiques du fonctionnement cognitif et psychologique.

 

Lorsqu’une personne prend rendez-vous pour un bilan, nous faisons le choix de questionner cette demande, savoir qui l’adresse pour une telle évaluation, dans quelle démarche elle s’inscrit. En effet, un bilan, une évaluation psychométrique n’est pas anodine. Cette démarche met la personne en face de ses difficultés, de ses incompréhensions, de ses faiblesses. Bien que l’évaluation mette aussi l’accent sur ce qui fonctionne bien, voire très bien, c’est toujours un moment difficile de se faire « évaluer ».  D’un point de vue psychologique, il s’agit d’une « épreuve ». Certes qui viendra surement donner du sens à la situation actuelle vécue par la personne mais qui restera un moment particulier. Il y a toujours un « avant » et un « après ». Ça paraît un peu stupide écrit comme ça… et pourtant… il y a un avant avec les difficultés, les sensibilités, les fragilités, les choses qui vont bien voire même qui filent à toute allure. Puis il y a le temps de l’évaluation et ensuite il y a l’après : la réassurance d’avoir des chiffres qui vont dans le sens de ce que l’on pensait, ou des conclusions qui ne correspondent pas du tout à ce que l’on avait projeté mais qui font maintenant partie de la vie… pour toujours. Nous questionnons donc toujours cette demande de bilan et informons au mieux les personnes du chemin qu’elles vont emprunter. Il s’agit de l’entretien clinique qui est un temps essentiel du bilan, vous l’aurez compris qui permet de cibler au mieux l’individu, ses attentes et ses particularités.

 

Seconde gare : les signes cliniques. C'est à dire, qu'est-ce qu'on voit ? Qu'est-ce qui nous mets la puce à l'oreille ?

 

Il s’agit d’un faisceau de signes mineurs et d’une chronologie d’apparition qui sont évocateurs.

 

Au niveau des apprentissages

 

Apprentissage précoce de la lecture, parfois sans aide extérieure

 

Avidité de nouvelles connaissances et recherche d’explications pour se rassurer

 

Aptitude à généraliser avec habilité, à percevoir les similitudes, les différences, les relations, à transformer ou à associer des idées, à émettre des hypothèses

 

Pensée intuitive : l'enfant/adulte donne un résultat sans pouvoir l’expliquer, sans stratégie d’apprentissage

 

Pensée en "arborescence" : une idée entraine en une multitude d'autres idées avec un point commun entre elles, ce qui crée une pensée riche mais au-delà de la concentration.

 

Capacité de mémorisation importante, parfois impressionnante

 

Concentration surprenante en fonction de la motivation, intérêt atteignant parfois momentanément un niveau obsessionnel pour certains sujets

 

Capacité à suivre une conversation en faisant autre chose (performance dans la double tâche)

 

Ignorance de la notion d’effort : réussite immédiate ou échec

 

Argumentation permanente de manière logique déstabilisant parfois les adultes par la pertinence de la réflexion 

 

Perfectionnisme, besoin profond de bien faire avec exactitude

 

Refus scolaire et désintérêt pour l’école

 

Au niveau de la personnalité :  

 

Aisance verbale

 

Curiosité, questionnement abondant et soif d'apprendre, sont capables d'acquérir des connaissances par leurs propres moyens

 

Imagination débordante

 

Sollicite en permanence de l’adulte

 

Maturité intellectuelle supérieure à celle des enfants de leur âge

 

Immaturité affective et/ou développement psycho-moteur parfois en décalage avec la maturité intellectuelle (difficultés en écriture, difficulté de diction)

 

Faible estime de soi en lien avec des difficultés rencontrées

 

Supporte difficilement l'échec, se dévalorise face à l’échec

 

Hypersensibilité (parfois invisible de l'extérieur)

 

Anxiété, sentiment d’être incompris

 

Difficulté à prendre des décisions si la personne est confrontée à un problème ne pouvant être résolu uniquement par la logique (ex: problème sentimental, émotionnel)

 

Sens de l’humour

 

Sens aigu de la justice

 

Altruisme, besoin d'aider les autres (les pousse parfois vers des professions de santé ou de justice)

 

Préoccupations existentielles peu en rapport avec l’âge de l'enfant (l’origine de la vie, la mort, l’astronomie, la préhistoire…)

 

Tempérament solitaire ou isolement social lié au décalage des préoccupations et des centres d’intérêts. 

 

Recherche de la compagnie d'enfants plus âgés (pour les centres d’intérêt) ou plus jeunes (pour une plus grande confiance en soi)

 

Agitation, provocation, comportement parfois difficile, voire agressif

 

Grande facilité à justifier ses comportements a posteriori

 

 

Reprenons le voyage tout en discutant de ce que l’on vient de voir. Lorsque l’on regarde le descriptif général de la personnalité de la plus part des personnes à haut potentiel, on comprend de mieux en mieux l’intérêt d’un repérage et d’un accompagnement psychologique. La profonde souffrance de ces personnes « en douance » va naître de ce décalage entre leur façon de voir le monde et les relations sociales et la façon d’appréhender le monde de la plupart des gens. 

 

Dans ces situations, l’évaluation neuropsychologique va permettre de proposer un accompagnement psychologique adapté aux difficultés de l’individu. 

 

Arrêtons-nous un instant sur l’évaluation en elle-même. 

 

L’évaluation de haut potentiel repose sur un quotient intellectuel (QI). Ce QI est établi suite à la réalisation d’épreuves spécifiques : le WPPSI-IV (pour les enfants de 2 ans et demi à 7 ans et 7 mois), le WISC-V (pour des enfants et des adolescents de 6 ans à 16 ans et 11 mois) et la WAIS-IV (à partir de 16 ans). 

Ces épreuves sont administrées par des psychologues ou neuropsychologues formés à la passation de ces tests et à leur interprétation.  Les tests utilisés sont validés scientifiquement et répondent à des critères très précis. Une chose est sûre, un site internet qui vous propose de passer un test de QI gratuitement ou moyennement une participation financière… Passez votre chemin. Vous économiserez du temps, surement de l’argent et vous éviterez des conclusions erronées. 

Ces échelles nous permettent de calculer des indices de fonctionnement (indice de compréhension verbale, indice visuo-spatial, indice de raisonnement fluide, indice de mémoire de travail, indice de vitesse de traitement). Nous allons observer les hétérogénéités intra ou inter indices.

Des échelles d’évaluation peuvent aussi être proposées (qui s’adressent à l’enfant, aux parents, aux professeurs etc…). 

 

Concrètement, l’entretien dure environ une heure à une heure trente, la passation des échelles environ une heure à une heure trente et un temps similaire est consacré à la restitution. Nous avons vu dans un article précédent l’importance de ce temps de restitution

Un bilan neuropsychologique complémentaire est parfois nécessaire à réaliser afin de déterminer s’il peut exister des troubles des apprentissages associés ou pour venir renforcer ou non les éléments en faveur d’un haut potentiel intellectuel. L’expression de certaines particularités développementales sont parfois identiques ou très similaires. Compléter la première évaluation par un bilan plus complet, permet d’écarter certaines hypothèses. 

L’évaluation se veut globale et associe les aspects psychologiques et les interactions de l’enfant ou de l’adulte avec son environnement sans se restreindre à une évaluation strictement cognitive.

Ce nouveau voyage s’achève. Avant de descendre nous regardons une dernière fois par la vitre où nous voyons se dessiner « l’après ». Alors, comment se matérialise cet « après » ? 

Après l’entretien et l’évaluation, un temps de restitution est proposé (il fait partie du bilan). Il s’agit d’un temps de retour sur les résultats obtenus et sur les observations faites par la/le psychologue/neuropsychologue. Les éléments en faveur ou défaveur de l’hypothèse de Haut Potentiel seront abordés.  Ce temps de restitution permet un véritable dialogue entre les personnes concernées et le professionnel qui sera disponible pour apporter des précisions, informer des démarches à réaliser, donner du sens à certains comportements. 

 

Lorsqu’il s’agit d’enfant scolarisé, le psychologue peut apporter des préconisations tant pour l’école que pour la vie quotidienne. 

Une copie du bilan est remise et des conclusions sont remises à la personne ou à son représentant légal.  

De plus, des séances de revalidation cognitive ou d’accompagnement psychologique peuvent être proposées. Il s'agira lors de ces rencontres futures d’écouter la personne et ses préoccupations, de lui proposer des adaptations thérapeutiques ou pédagogiques en fonction du contexte. L’objectif principal est de valoriser les compétences de la personne, de l’accompagner à transformer progressivement sa différence en une source de richesse et d’épanouissement et non de rejet et d’isolement. Par exemple, une approche psychothérapeutique peut être axée sur la réassurance et la revalorisation de la personne ou sur de l’information pour apprendre à mieux se comprendre… Les différentes dimensions (cognitives, comportementales, émotionnelles) sont prises en compte.

Pour les enfants et dans la mesure du possible (et au minimum par la transmission du bilan) une articulation avec les parents et l’institution scolaire est primordiale. 

 

Et voilà où s’achève ce nouveau voyage. Merci de nous avoir accompagnés jusque-là. Si vous souhaitez partager cet article, si vous avez question, laissez un message, nous y répondrons avec plaisir.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Plus d'informations

 

Vous pouvez nous contacter pour prendre un rendez-vous, obtenir un devis ou pour plus d'informations en complétant le formulaire à l'onglet "Contact".

 

Centre de Psychologie Neuropsychologie 05

Ferme "Belle Aureille" Zone Micropolis 05000 GAP

-----

 4 avenue Charles De Gaules 05250 EMBRUN

 

Téléphone Gap : 

Claire : 06.32.60.25.59 

Suzanne : 06.09.88.69.30

Elodie : 07.70.12.42.83

Agathe : 06.79.71.00.34

Anne : 06.41.96.28.38

 

Téléphone Embrun :

Corine : 07.70.03.34.73