· 

Qui est le patient H.M ?

Bientôt, nous irons à la rencontre du fonctionnement de la mémoire à long terme. Mais avant de partir pour ce futur voyage nous devons vous présenter un voyageur particulier. Ce voyageur a permis, malgré lui, des découvertes sur certains mécanismes de notre cerveau et plus précisément sur la façon dont les informations se transforment en souvenir. 

 

Aujourd'hui, restons à ses côtés dans la salle des "Pas Perdus" de la gare en attendant le prochain départ, et prenons le temps de le découvrir. 

 

Ce voyageur, né en 1926 est devenu amnésique à la suite d'une opération. Ce voyageur est connu dans le monde scientifique sous le pseudonyme du "patient H.M". Son étude en a fait ce qu'on appelle un "cas prototypique". C'est à dire qu'il s'agit du patient le plus représentatif dans cette catégorie. Et cette catégorie est l'amnésie bi-temporale.

Pour qu'il y ait amnésie, dans ce cas, il faut qu'il y ait des lésions des deux côtés du cerveau, sur les zones médianes des lobes temporaux. Dans le cas de notre voyageur, les lésions sont le résultat d'une intervention chirurgicale expérimentale destinée à le guérir de son épilepsie résistante aux traitements. Les chirurgiens lui retirèrent bravement un morceau des deux hippocampes et des tissus environnants des lobes temporaux.

A son réveil H. M. présente une amnésie antérograde (c'est à dire qu'il présente une incapacité à consolider les informations qui surviennent à la suite de l'opération) quasi totale. Sa mémoire à court terme, quant à elle, est intacte (à condition de ne pas détourner son attention). Résultat :  il est incapable de retenir une information au-delà de 30 secondes à moins de faire un effort constant de répétition pour la consolider malgré tout. De façon très ponctuelle, la communauté scientifique, s'aperçoit qu'il peut malgré tout se souvenir de certaines informations. Conclusion : l'amnésie n'est pas un phénomène "tout ou rien".

Après des observations plus fines, il apparait que lorsque H.M retient certaines informations c'est qu'elles ont soit une forte charge émotionnelle, soit qu'elles lui ont été répétées de façon systématique. En effet, en répétant plusieurs fois une tâche imposée, Brenda Miller (neuropsychologue) s'aperçoit que son patient est capable de nouveaux apprentissages, même s'il ne se souvient pas consciemment d'avoir appris un geste. Elle tire cette conclusion du fait que H.M réalise de mieux en mieux un geste nouveau. C'est ainsi que Brenda Miller "découvre" la mémoire procédurale, celle qui est fondée sur un apprentissage lent et répétitif des procédures. 

Nouvelle conclusion : l'émotion et la répétition permettraient d'utiliser d'autres structures du cerveau pour les informations. Lorsque la voie habituelle est lésée, ou qu'elle n'existe plus, on s'aperçoit qu'il ne s'agissait pas de la voie unique. 

 

C'est le point de départ de nombreuses recherches sur le rôle de l'hippocampe dans les phénomènes de mémorisation. 

 

L'amnésie antérograde de H.M s'accompagnait également d'une amnésie rétrograde sur quelques années précédent son interventions. Certains disent qu'il n'avait aucun souvenir des dix-neuf mois avant son opération C'est-à-dire qu'il n'avait plus accès à ses souvenirs consolidés dans les dix-neuf mois qui ont précédé son opération alors qu'il se rappelait relativement bien les souvenirs plus anciens. 

 

Malgré les vastes zones du cerveau endommagées par la chirurgie et les troubles mnésiques très invalidants qui en ont découlé, H.M, a gardé un quotient intellectuel préservé et ses troubles n'ont que très peu évolué jusqu'à son décès en 2008 à l'âge de 82 ans. Le fait d'une intelligence et de capacités de raisonnement préservées oriente les chercheurs sur l'idée que la mémoire serait indépendante de telles capacités. 

 

H.M, Henry Gustav Molaison, prendra donc place à nos côtés pour le prochain voyage où il sera justement question des découvertes que la communauté scientifique a pu réaliser grâce à lui. 

 

 

Photo d'illustration : https://www.kaspersky.es/blog/digital-amnesia-survival-2/6349/ 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Plus d'informations

 

Vous pouvez nous contacter pour prendre un rendez-vous, obtenir un devis ou pour plus d'informations en complétant le formulaire à l'onglet "Contact".

 

Centre de Psychologie Neuropsychologie 05

Ferme "Belle Aureille" Zone Micropolis 05000 GAP

-----

 4 avenue Charles De Gaules 05250 EMBRUN

 

Téléphone Gap : 

Claire : 06.32.60.25.59 

Suzanne : 06.09.88.69.30

Elodie : 07.70.12.42.83

Agathe : 06.79.71.00.34

Anne : 06.41.96.28.38

 

Téléphone Embrun :

Corine : 07.70.03.34.73